Le Parefeu d’Open Office vaincra-t-il le Warchalking ?

Hadopi va-t-il ressusciter le Warchalking ?
(Guest-Blogging : article écrit par Stay in Contact With News and Fun)

Avec la prolifération des accès WIFI non ou mal protégés, en France, certains se constituent d’ores et déjà une petite liste de points d’accès vulnérables dans leur ville. Ces listes tournent entre amis. On sait que, si on se met sur tel banc dans tel parc sur telle borne avec telle clé WEP, on peut se connecter gratis à internet.

Vont-ils se mettre à partager tout ça ?

Découlant de la longue tradition de warXing, voici le Warchalking. Dès 2002, la BBC faisait écho de cette nouvelle chasse aux Hot-Spots WIFI. C’est en juin de cette même année que Matt Jones fait découvrir au monde entier les trois petits symboles qui feront fureur par la suite. Matt s’est inspiré à la fois de la culture Hobo, et plus particulièrement du Code qu’il avaient mis en place afin de partager les bons squats, prévenir d’un danger (chien, police) mais aussi de l’initiative d’un groupe d’étudiant en architecture londonien, qui avait dessiné à la craie des bureaux en plein milieu d’une rue.


Le langage est composé de trois symboles :

  • > Accès non protégé : il faut marquer le nom de la borne (SSID), faire deux arcs de cercle dos à dos, puis marquer la bande passante de la connexion (1.0, 1.5, 2.0, …)
  • > Accès fermé : le SSID au dessus d’un cercle.
  • > Accès en WEP : le SSID suivie de la clé qui permettra de se connecter, en dessous un rend avec un W (pour WEP) en son centre et en bas la bande passante.
Lorsqu’un Wifiste rencontre un point d’accès WIFI vulnérable (suite à un wardriving par exemple), il peut alors ressembler les informations qu’il a sur l’AP, et les inscrire à la craie sur un mur ou un trottoir. Il peut également utiliser des autocollants qu’il mettra sur un lampadaire, une cabine téléphonique ou, si l’endroit est protégé de la pluie, une feuille de papier.


Nominé en tant que « 100 most significant ideas of the year 2002 » par le New York Times, Magazine, le warchalking meurt pourtant en 2003/2004 :

Les arcs de cercle se tournant le dos sont vite passés du dessin à la craie à une plaque de ferraille utilisé par les commerçants pour attirer les Wifi-addicts. Le business a pris le pas sur le partage, comme souvent, mais ce n’est ce qui a précipité la fin des « Craiefiti ».

Le phénomène devenant une pandémie, le FBI s’y intéresse et invite les entreprises à rechercher les petits symboles autour de leur bâtiment, et à tester la sécurité de leur connexion. De plus avec la prolifération des hot-spots, ces points d’accès gratuit qui envahissent les gares, aéroport, fast-food, la recherche fastidieuse de point d’accès « insecured » est devenu inutile. 2003, c’est également la naissance du WPA, prémisse de la norme 802.11i, qui offre une sécurité bien supérieure au WEP.

Si la loi « Création et Internet » passe, tout le monde va de se ruer sur les hotspots, divisant le débit et ne permettant pas de télécharger « correctement ».

Également prévu dans la loi, l’obligation de sécuriser son accès afin d’empêcher le téléchargement à partir de celui-ci. Les cafés, McDo, gares et autres détenteurs d’accès ouverts risquent, si ce n’est déjà fait, de restreindre le nombre de protocoles autorisés, de mettre en place des blacklists de sites proposant du contenu illégal.

Avec le nombre encore significatif de Box en chiffrement WEP, et un crack WPA qui devient de plus en plus facile, certains peuvent trouver leur intérêt à consigner quelque part leurs découvertes, et si leur magnanimité les autorise, à les partager.


« Le partage avant tout », c’est l’esprit internet,
une idéologie que l’internaute adopte volontiers. Que se soit par warchalking, ou par base de donnée (e-warchalking?), le partage va-t-il se mettre en place ?

Liens :

Publicités

7 Commentaires

  1. ça me tente bien de faire un site d’e-warchalking 🙂
    Par contre, niveau légalité … est-ce que diffuser une clé wifi d’une personne est légale ?

  2. Excellent article
    Merci
    Est il possible de le faire tourner en lien direct mon blog
    A tres bientôt au détour d’un sujet sur Linux Manua

  3. @darkvodka : cela me paraitrait bizarre que diffuser des identifiants de connexion soit légal. Ensuite cela dépend peut être aussi de la manière dont tu as obtenu cette clé :
    – si tu l'as crackée => illégal
    – si tu en es le propriétaire et que tu souhaites la faire « tourner » le plus possible…libre à toi;)

  4. @SICW :
    en même temps c’est comme les boards warez…non ?
    Au lieu de mettre des fichiers qu’on a eu je sais pas où, on met des identifiants wifi. Qui est alors le responsable ? Le propriétaire de la board ? Les utilisateurs ‘actifs’ de la board ?

  5. Anonymous

    Il y a aussi la perspective du Mesh Networking http://en.wikipedia.org/wiki/Mesh_networking où toutes les connexions sont mises en commun et partagent leur bande passante, la rendant de fait ‘collective’

    Ou encore, dès aujourd’hui, le réseau de routeurs FON qui offrent l’accès internet partagé entre les membres de la communauté FON
    http://www.fon.com/fr/info/whatsFon

  6. Ça m’a donné une idée de logo anti-hadopi:
    http://g.imagehost.org/0452/Hadopi-Warchalking.png

Rétroliens

  1. Hadopi et les 100 joies du WIFI | LinuxManua

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s